RSS

Dossier : les Fées

Je n’avais pu être présente lors de la rencontre sur nos créatures favorites des mondes de l’imaginaire pour cause d’arrivée de petit lutin au sein de ma famille. Mais je me rattrape aujourd’hui et je vous propose un dossier sur mes créatures favorites : les fées.

WENDY p57Définir ce que ce sont les fées est une prouesse en soit car elles sont aussi diverses et changeante que la nature au fil des saisons, empruntant aux humains les masques qu’ils imaginent dans leurs rêves et leurs histoires.

Aussi pour commencer ce dossier, et afin de présenter nos féériques amies, j’aimerai citer quelques mots d’un elficologue tombé sous leurs charmes, Pierre Dubois : « Les fées seraient-elles les créatures intermédiaires d’un clair-obscur, la branche mutante du Grand Frêne aux arborescences antinomiques : racines terrestres et houppier céleste ? Ce serait là émonder à l’extrême les subtiles luxuriances de la Rêveuse Pensée. D’autant que le Nain sombre se montre parfois lumineux, et l’Elfe blanc contradictoirement fort ténébreux. Nos chères « Numineuses » sont extrêmement complexes. C’est là leur première qualité : car la fluidité des aurores, des émotions crépusculaires, de la promesse des roses, naissent les plus belles créations. Rien n’est dit. Tout est à supposer. Leur histoire n’est pas lacunaire mais voilée à dessein d’aires imaginantes et papillonnaires. De ces pollens secrets ailleurs semés aux nuées paraphéliennes, au fil des eaux lustrales, fleuriront plus loin, plus tard, d’autres miragineuses réalité. » Read the rest of this entry »

 
1 commentaire

Publié par le avril 9, 2014 dans Chroniques

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

[DADV] 18ème, l’affiche.

Nous étions hier le 1er avril, l’occasion pour certains de faire quelques petites blagues d’un goût douteux (surtout à leurs âge), mais cela fut rapidement pardonné en ce jour ou l’humour à sa place.

Comme « Des Aliens … et Des Vaches » n’est pas tombé le 1er avril, nous allons pouvoir nous rattraper en vous proposant comme thème : Read the rest of this entry »

 

[DADV] Des Aliens et Des Vaches, 17ème !

Alors que la guerre fait rage, un petit groupe de résistant c’est réuni en ce dimanche 2 mars dans les sous-sols de « La Parenthèse » à Louvgny.

La communication étant coupée ou brouillé, seulement quatre des membres résistants sont venus à ce rendez-vous à 15h30.

IMGP4801 Read the rest of this entry »

 

[DADV] Des aliens et des vaches, 16ème !

  C’est le 2 février dernier, jour où seulement 6% de l’astre lunaire était visible dans le ciel que quelques survivants pégasiens se reunirent à « La Parenthèse », croisée des chemins célèbre auprès de nos chers défricheurs de l’imaginaire. Dans l’effervescence de leur rencontre, Julien, Mathieu, Jeremy, Antoine et Morgan se firent gauchement happer par un vortex inter dimensionnel pour se retrouver dans une réalité alternative. Abasourdis par leur nouvel environnement, ces derniers entreprirent d’étudier les créatures qui donnaient la texture de cet arrière monde.IMGP4791

  Sans plus attendre, Jeremy se rua vers un humain décomposé dont la pestilence n’avait d’égale que les éructations immondes sortant de sa bouche. En même temps, se fut l’occasion de parler de Culture zombies.

  IMGP4786Ouvrage plébiscité par Max Brooks, cette étude à l’initiative de Matt Mogk présente un panorama du zombie dans les différents médias culturels. Ainsi, le livre revient sur ses origines vaudou, l’empreinte du réalisateur Georges A. Romero, et sa portée critique sociétale :
« Matt a toujours pris en considération l’impact culturel des œuvres de fiction zombie sur le psychisme humain, le déconstruisant comme un professeur de la NYU Film School pourrait déconstruire le cinéma postmoderne français », extrait de la préface de Max Brooks.
Accompagné de quelques illustrations croustillantes, ce livre est un excellent complément au Guide de survie en territoire zombie.

– Culture zombies de Matt mogk
– Editions Muttpop
– ISBN : 978-2954157047

COUV_600x800_1024x1024 [Note à l’intention du lecteur : Le chroniqueur de ce compte rendu tient à s’excuser solennellement auprès de Jeremy suite à la censure indirecte générée par un vice de communication entre le président et le susnommé scribe lors de la précédente DADV.

Parce que la censure c’est mal et que la liberté d’expression c’est important, Jeremy nous le fait bien rappeler avec 100 dessins de cartooning for peace pour la liberté de la presse. Toi ! Oui, toi le lecteur de ce papier. Si tu cliques sur l’hyperlien ci-dessus, tu arriveras sur le site internet de Cartooning for peace et c’est super cool.]

– 100 dessins de Cartooning for Peace pour la liberté de la presse
– Editions Reporters sans frontières
– ISBN : 978-2362200229

  IMGP4781Au tour de Morgan qui se fit invectiver par une bande de Yôkais particulièrement malpropres et goguenards.

  De plein gré, le scribe décide par fainéantise de faire découvrir l’univers des Yôkais, Dictionnaire de monstre japonais par l’intermédiaire d’une définition recopiée paresseusement du dudit livre :
«Etymologiquement, le mot « yôkai » désigne des phénomènes étranges, équivoques, ou plus spécifiquement des créatures effrayantes ou séduisantes, souvent les deux. Au sens large, ce mot regroupe tout ce qui semble parfois posséder une présence sans appartenir à notre monde : esprits, fantômes, monstres, démons familiers, divinité locales ou mineures, vieux objets doués d’une âme, et idées fixes incarnées… En résumé, toutes les créatures fantastiques et mystérieuses des traditions populaires japonaises.»
Composé de deux volumes, cette encyclopédie fait preuve d’une incroyable érudition et montre toute la richesse du folklore japonais. Pages après pages le bestiaire s’anime au fil des illustrations et des descriptions de l’auteur et dessinateur Shigeru Mizuki.

Yôkai, dictionnaire des mo êtres japonais de Shigeru Mizuki
– Editions Pika Edition
– ISBN : 978-2811602666

  Dans ce dédale improbable où se croisèrent créatures et monstres en tout genre, Mathieu présenta quelques croquis de sa composition. Fruit d’une recherche et d’une observation intense, les différents feuillets présentèrent des espèces incroyables.

img007-2

   img005-2img006-2

img004-2

 IMGP4782 Julien fit la rencontre de la race la plus déjantée qui existe : les gobelins, également appelés Kobolds par les germanophiles. C’est avec verve et passion qu’il nous présente « ces sales mioches » pour reprendre ses propres termes.

  On commence avec le film anglo-américain Labyrinthe, réalisé par Jim Henson en 1986. Un soir, Sarah, une adolescente, se trouve contrainte de garder son jeune demi-frère Toby. Tentant de calmer ses pleurs en lui racontant l’histoire d’un roi des gobelins tombé amoureux d’une jeune fille humaine, elle prononce une phrase magique qui emporte le bébé dans un monde imaginaire gouverné par Jareth, androgyne et trouble roi des Gobelins, incarné par le chanteur David Bowie. Pour empêcher que l’enfant ne devienne lui-même un gobelin, elle devra surmonter en moins de 13 heures les épreuves qui jalonnent le labyrinthe de Jareth peuplé de gobelins, lutins et autres fées.
Pour julien, le film possède un double niveau de lecture. La mise en scène joue avec l’illusion et oscille entre le regard porté par l’adulte et celui de l’enfant.

– Labyrinthe de Jim Henson
– ASIN : B002JK75RK

 IMGP4785On poursuit avec La bible des gnomes & farfadets de Brian Froud, le designer de Dark Cristal et Terry Jones, de la troupe des Monty Python. Cet ouvrage, édité par Glénat, est « du grand n’importe quoi ».  Nous rencontrons les habitants du Labyrinthe, domaine des gobelins,  qui a été conçu pour empêcher l’expansion des mondes non labyrinthique.
Le bestiaire de cette bible présente les mœurs et les coutumes d’un monde « qui ne ressemble à rien ».

– La bible des gnomes et farfadets de Brian Froud’s et Terry Jones
– Editions Glénat
– ISBN : 978-2723428934

 IMGP4784Julien achève ce triptyque goblinesque avec le jeu vidéo Overlord paru en 2007 sur Xbox et PC. Dans ce jeu d’action à la 3ème personne nous incarnons le seigneur des ténèbres, l’Overlord, accompagné d’une armée de larbins démoniaques à qui nous assignons le maximum de tâches : combattre, piller et détruire, le but étant d’installer le chaos dans un monde en paix.
Dans un style complètement loufoque, le jeu à la particularité de tourner en dérision les poncifs de l’univers médiéval fantastique.

– Overlord, édité par Codemasters, développé par Triumph Studio
– ASINB000PTYQOM

« Scratch !!! » Ce bruit répugnant nous fit tous comprendre qu’Antoine commit l’erreur irréparable de marcher sur un scarabée. Une maladresse ? Peut-être pas. Dans Terra Formars ces insectes sont tout sauf à plaindre.

 IMGP4788Scénarisé par Yu Sasuga et dessiné par Kenichi Tachibana, ce seinen est d’abord pré-publié dans le magazine Miracle Jump entre janvier et décembre 2011. La présente édition française est publiée chez Kazé depuis février 2013.
La population terrienne en constante augmentation épuise toujours plus les ressources de sa planète. Seule solution pour éviter l’extinction : faire proliférer sur Mars l’unique forme de vie capable d’endurer son environnement et de le rendre habitable : le cafard.
L’histoire se déroule en l’an 2599. La terraformation de Mars rentre dans sa phase finale et les rampants doivent maintenant êtres exterminés. Sa surface est désormais recouverte de lichens et une forme de vie organique y prolifère. C’est à ce moment que quinze jeunes gens tout spécialement sélectionnés et préparés s’envolent à bord du vaisseau spatial bugs 2, investis d’une mission cruciale. Ils ne doutent pas encore que sur place, un parasite bien connu les attend de pied ferme.
Antoine ajoute que ce manga est très violent et l’ambiance particulièrement glauque et malsaine.

– Terra Formars de Yu Sasuga et Ken-Ichi Tachibana
– Editions Kazé
– ISBN : 978-2820306159

  Enfin, c’est avec une nostalgie non feinte qu’Antoine est revenu sur le Manuel des monstres tiré de Dungeons & Dragons. Cet ouvrage de référence pour rôliste incarne à la fois une aide de jeu et un bestiaire non exhaustif de l’univers du jeu de rôle éponyme.

IMGP4790

– Dungeons & Dragons : Manuel des monstres v.3.5, publié par Asmodee
– ISBN : 978-2847850345

  Après avoir joué quelques heures aux apprentis ethnologues du merveilleux, une nouvelle faille fit son apparition. Le chemin de retour tant espéré était enfin là. Sortie de nulle part, une lettre nous attendait au sol, juste à l’emplacement exact de notre point de départ. Les mots, en caractères gothique, mentionnaient le message suivant : « Rendez-vous le 2 Mars et préparez vous à la guerre ! ».

 
2 Commentaires

Publié par le février 16, 2014 dans Des aliens et des vaches

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

[DADV] 16ème, l’affiche.

Bien le bonjour,

Comme d’habitude, nous vous faisons part du prochain thème (pas obligatoire) de notre rencontre mensuelle « Des Aliens … et Des Vaches ».

Venez nous faire découvrir votre espèce préférée du monde de l’imaginaire dimanche 2 février 2014. Vous aimez les orcs, les goblins, les bêtes inconnues du grand public? Alors venez nous en parler et nous aider à mieux connaitre l’immensité des créatures de l’imaginaire.

Le rendez-vous ne change pas puisqu’il aura lieu à La Parenthèse (ZAC du Long Cours, 14111 Louvigny) à 15h30.

Si vous n’avez pas de voiture et que vous utilisez les transports en commun, vous avez la possibilité de prendre le bus (ligne 18 / Arret Long Cours).

Résumé:

Dimanche 2 février à 15h30

Restaurant La Parenthèse

Thème proposé : Quelle est votre espèce préférée dans l’imaginaire?.

N’hésitez pas à faire tourner l’information à vos amis!

Image

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 22, 2014 dans Des aliens et des vaches

 

[DADV] Des aliens et des vaches, 15ème ! [partie 2]

 L’abjecte prière atteignit son paroxysme lorsqu’une lamentation assourdissante déchira les murs de notre dimension. A cet instant, nous sûmes que l’éveil de la bête était proche. Soudain, Julien – dit le satyre – réalisa une supplication avec Le Fléau de Chalion et Paladin des âmes de Loïs McMaster Bujold.

  Cette première incursion en fantasy d’une auteur habituée au genre du space Opera nous narre les aventures de Cazaril. Ancien soldat entre deux âges, ce dernier incarne le personnage torturé qui a « tout prit dans la vie, tout prit 51gL6y6EjeL._dans la gueule » ; partant de rien, il va retrouver sa place à la cour.
Le deuxième livre retranscrit un schéma similaire mais va d’avantage interroger la croyance : les Dieux existent-ils, ou pas ? La question semble légitime puisque la trinité constituant le panthéon de cette histoire ne fait rien la plupart du temps ou profère des pouvoirs invisibles et inutiles. Par conséquent, le roman va mettre en exergue un parallélisme plutôt insolite entre une religion omniprésente et les aberrations qu’elle engendre.
Prenons par exemple le pouvoir de détruire les démons : ce sort surpuissant possède un impact indéniable dans le monde du divin mais son incidence dans le monde du réel est quasiment nul. Ainsi, cette posture rocambolesque à pour effet négatif de rendre ridicule les actes des protagonistes, et justifie la présence d’une confrérie des fous et d’un questionnement sur la folie.

– Le Fléau de Chalion / Le Paladin des âmes de Lois Mc Master Bujold
– Editions J’ai Lu ( disponible uniquement dans l’édition Bragelonne )
– ISBN : 978-2914370455 / 978-2915549034

  Une fracture dans l’éther se fit sentir. Morgan, le profanateur dément, utilisa un sort interdit à l’aide du Wonderbook : The illustrated guide to creating imaginative fiction.

  Créé par Jeff Vandermeer, anthologiste de renom américain et auteur de La Bible du Steampunk (à paraître chez Bragelonne en Fevrier 2014), cet ouvrage se présente à la fois comme un beau livre et une aide à la création littéraire. Fruit d’une collaboration d’auteurs internationaux tels que Neil Gaiman, G.R.R Martin ou encore Michael Moorcock, ce guide d’écriture illustré à pour vocation d’exploiter la nature visuelle de l’imaginaire.
A travers une démarche tout à fait originale et une iconographie très riche, ce manuel atypique souhaite stimuler l’imagination et développer la créativité à l’aide de dessins, de cartes et d’exercices.

– Wonderbook, de Jeff Vandermeer
– Editions Abrams Image
– ISBN : 978-1419704420

  Morgan récidiva en nous présentant une icône de l’éditeur américain Vertigo/DC Comics avec le personnage de John Constantine. Créée initialement en 1985 par Alan Moore dans les pages de Swamp Thing, la série Hellblazer relate les aventures de cet anti-héros cynique spécialisé dans l’occultisme et la démonologie.
Intitulé Pandemonium, le volume présenté marque son 25 anniversaire sous la plume du scénariste historique Jamie Delano.
Le récit nous entraîne cette fois en Irak où Constantine doit faire face à l’horreur de la guerre et à un homme capable de plonger ses interrogateurs dans la folie. Ce comics book réserve une scène d’anthologie dans laquelle se déroule une partie de poker entre des démons mésopotamiens et notre sorcier anglais.

Les dossiers de Hellblazer : Pandemonium, de Jamie Delano et Jock
– Editions Urbain Comics
– ISBN : 978-2365773072

IMGP4771

  Mathieu acheva notre invocation cosmique avec L’heure des Fées de Pascal Moguérou, suivie d’une présentation de Carnet de croquis : Archives de féerie par Jean-Baptiste Monge.

  Particulièrement riche en illustrations, ces beaux livres ont pour vocation de dévoiler une sorte d’étude sociologique des fées. En effet, on y trouve beaucoup d’explications sur les modes de vie des fées, ainsi qu’une description de leurs us et coutumes.
En général accompagnée par un très court texte, la composition de ces carnets permet d’apprécier la beauté des dessins qui mettent en situation ces créatures issues du folklore celtique.IMGP4770
Mathieu ajoute que chaque relecture de ces ouvrages lui fait découvrir de nouvelles choses, la contemplation de ces êtres imaginaires lui laissant une impression d’inépuisable richesse.

– L’heure des fées de Pascal Moguérou
– Editions Au bord des Continents
– ISBN : 978-2911684517

– Carnet de croquis, archives de féerie, de J-Baptiste Monge
– Editions Au bord des Continents
– ISBN : 978-2911684470

Epuisés par la transe, les zélotes du culte Pégasien virent enfin le Béhémoth apparaitre. L’horreur suprême proféra une phrase à peine intelligible que seuls les plus dévots pouvaient comprendre : « Rendez-vous le 2 fevrier et presentez-moi les races imaginaires que vous préférez ».

Morgan pour Pégase Mécanique

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 21, 2014 dans Des aliens et des vaches

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

[DADV] Des aliens et des vaches, 15ème ! [Partie 1]

  C’est le 12 janvier, journée dominicale de la sainte Tatiana que s’est réunit en conclave les membres de l’ineffable culte du Pégase Mécanique. A l’intérieur des murs de « La Parenthèse », prestigieuse bâtisse de nos prières infâmes, Antoine, Eloise, Florian, Benoit, Damien, Julien, Jeremy, Morgan et Mathieu ont tour à tour proféré leurs litanies impies dans le but d’invoquer l’effroyable cheval ailé de fer.

  Eloise, notre prêtresse insatiable, fut la première à donner le verbe et nous présenta l’Encyclopédie des Symboles.

  Cet ouvrage encyclopédique, très complet, s’intéresse aux symboles et à leurs origines. Ce dernier permet 41FPSNKV0TLd’approfondir le sens de mots, d’objets et de créatures relevant autant du réel que de notre imaginaire. En outre, cette sommité a la particularité de mettre en exergue la pluralité de significations que peuvent prendre un symbole dans les différentes cultures.
Pour Eloise, ce dictionnaire de référencement est un parfait outil de travail et d’inspiration pour l’écriture d’un jeu de rôle, et s’adresse autant aux curieux qu’aux auteurs de romans et nouvelles.

– Encyclopédie des symboles, Collectif
– Editions Le Livre de Poche
– ISBN : 978-2253130246

  Notre liturgie funeste continua avec Florian qui nous a présenté l’intégrale de Zéro Absolu, bande dessinée de science fiction créée par Richard Marazano, scénariste, et Christophe Bec au dessin.

  IMGP4772Trilogie publiée en 2000, le récit nous transporte sur Sibéria où un commando de Marines est envoyé pour une mission de routine : nettoyer une station scientifique en moins de 24h. Si les motifs de cette expédition restent obscurs, l’environnement et les tensions qui règnent parmi les militaires vont être les déclencheurs d’une folie meurtrière et sanglante.
Si les références au cinéma de genre sont légions – on pense surtout au huit clos horrifique The Thing de John Carpenter – la narration « tient la route » selon Florian et on trouve peu de passages ratés.
De surcroit, il existe un jeu de renvoi entre le roman de Mikhaïl Boulgakov intitulé Le Maître et Marguerite et la BD : ici, la question posée est plutôt de savoir s’il faut croire en l’existence du Diable ?

– Intégrale Zéro Absolu, de Christophe Bec et Richard Marazano
– Editions Soleil (16 novembre 2006)
ISBN : 978-2849466018

  Autre croyance, autre divinité. Benoit décide de faire appel à la fureur du Dieu de la foudre avec le comics book Thor God of thunder de Jason Aaron et Esad Ribic.

  Publié dans les pages de Marvel depuis 2013 aux Etats Unis et édité en France chez Panini Comics dans la IMGP4769revue The Avengers Universe, ce relaunch du guerrier immortel Asgardien tient quasiment du Thriller dans ses prémisses.ThorGodOfThunder_1_Cover
En effet, Thor découvre, flottant dans l’eau, la tête décapitée d’un dieu alors qu’au même moment, dans un univers parallèle, une petite fille lui adresse une prière. Pourquoi implore-t’elle son aide alors qu’il ne fait même pas partie de son panthéon ?
Pour Benoit, si le style du dessinateur dénote au premier abord, le traitement graphique colle parfaitement à l’ambiance. Morgan ajoute que l’aspect thriller n’est pas anodin puisque Jason Aaron, le scénariste, n’en est pas à son coup d’essai, notamment avec le roman graphique Scalped.

– Thor God of Thunder, de Jason Aaron et Esad Ribic
– Editions Pannini Comics
– ISBN : 978-2809433876 et suivant

  Damien, notre moine apostat, a continué le sinistre rituel avec une présentation du cycle de bande dessinée Mattéo de Jean-Pierre Gibrat.

  Edité en 2008 pour le premier tome, cette série suit les pérégrinations de Mattéo, immigré Espagnol de père 91C0b9pXIvL._SL1500_anarchiste. L’histoire contée s’étale sur une période allant de la première guerre mondiale jusqu’à l’avènement du Front populaire en 1936, moment charnière de l’histoire de France sur lequel Damien décide de s’attarder.
Le récit prend place à Collioure, lieu des premiers congés payés, cadre idyllique retranscrivant fidèlement l’oisiveté et la croyance en un avenir meilleur cher au célèbre parti politique incarné par Leon Blum. L’originalité de cette BD réside dans sa démonstration des dessous de l’histoire, son envers du décor en quelque sorte. Plusieurs passages clés montrant la neutralité du Front Populaire vis-à-vis des républicains espagnols ou encore décrivant des bourgeois fustigeant les vacanciers de Blum offrent une dichotomie avec la villégiature.
Au niveau des graphismes, la technique de l’aquarelle permet de proposer une peinture réaliste de l’époque et retranscrit, de par l’usage de tons chauds et vifs, les événements majeurs de cette période. Toutefois, on peut reprocher à l’ensemble de l’œuvre une trop grande uniformité et  ressemblance de tous les personnages féminins.

– Matteo, de Jean-pierre Gibrat,
– Editions Futuropolis ( 25 Novembre 2013)
– ISBN : 978-2754801157

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 17, 2014 dans Des aliens et des vaches

 

Étiquettes : , , , , , , ,