RSS

[DADV] Des aliens et des vaches, 19ème [Partie 1]

29 Mai

  La bande de Pégase Mécanique vous démontre que les pires situations peuvent être source d’histoires incroyables et d’aventures en tout genre… même lorsque les ailerons des requins viennent taquiner votre rafiot de fortune et que vous avez l’océan pour seul horizon.
C’est l’esprit encore embrumé par le rhum que nous aperçûmes une mouette dans le bleu du ciel. Le signe tant espéré était là et nous sûmes enfin qu’ à cet instant la terre était proche. Le cœur de nouveau gonflé à bloc, nous primes notre courage à deux mains, et nos rames avec, afin d’aborder le rivage tout juste visible.
Ô combien étions-nous pressés de narrer notre épopée qui s’était déroulée dans des eaux bien agitées.

51QQ20q8TdL._

  Avec Á boire et à manger, Antoine nous embarqua dans l’univers de Guillaume Long, dessinateur et spécialiste de l’art de la table.

« Quels sont les ustensiles indispensables à tout cuisinier qui se respecte ? Où trouver l’ail des ours ? Que faire de nos amies les courges ? Où aller manger si vous êtes à Venise ? Et préparer un bon apéro ? Et un risotto aux asperges ? Et les crêpes ? Pour Guillaume Long, la cuisine est un art de vivre ludique et les réponses à ces questions s’écrivent en bande dessinée. Il recompose pour le livre les notes, recettes, anecdotes, portraits… imaginés pour son blog gastronomique. »
Si la cuisine est bel est bien un prétexte aux pérégrinations de son auteur, l’ouvrage propose des dessins plutôt simplistes pour un ensemble qui marie à la perfection la cuisine, l’humour et la bande dessinée.

  • A boire et à manger de Guillaume Long
  • Editions Gallimard
  • ISBN : 978-2070642687

  IMG_20140504_152229Avec la lecture d’un extrait de La Chose dans les algues de l’écrivain William Hope Hodgson, l’un des nombreux inspirateurs de H.P. Lovecraft, Morgan nous rappela que l’océan est un territoire où les créatures feraient mieux de rester tapies au fond des abysses.
«  Rares sont ceux qui comme lui savent faire pressentir la proximité de forces inconnues et de monstrueuses entités menaçantes, par des allusions fortuites et des détails insignifiants, ou à communiquer le sentiment du spectral et de l’anormal à travers telles régions ou tels bâtiments. »

H.P.Lovecraft, Epouvante et surnaturel en littérature.

  • La Chose dans les algues de William H.Hodgson
  • Editions Terre de Brume
  • ISBN : 978-2843623509

  Sur un scénario du réalisateur Darren Aronofsky et des dessins de Niko Henrichon, ce fut l’occasion de revenir sur un épisode biblique qui ne manque pas d’eau avec Noé, aux éditions du Lombard.IMG_20140504_152246

Cette adaptation du déluge en bande dessinée est marquante à plus d’un titre. D’abord, toutes notions de temporalité a disparue, si bien que le lecteur peut avoir l’impression que l’histoire se déroule en un temps très reculé ou dans un futur lointain.
Sur une terre en proie à la désolation, Noé va faire face au pire des dilemmes : éradiquer l’humanité et le monde de sa vilenie.
Si le fondement de la narration est propice à un manichéisme au premier abord douteux, le récit gagne en subtilité au fur et à mesure que le personnage central se bat avec sa propre conscience.
Plusieurs moments forts viennent jalonner cette BD : l’arrivée des différentes espèces animales dans l’arche et une bataille épique entre l’armée d’Akkad et les veilleurs, créatures déchues du royaume du Créateur.
Plus proche de la fantasy, ce Noé est une variation épique d’un morceau de l’Ancien Testament  et une proposition à la fois fidèle et différente de son adaptation cinématographique.

  • Noé de Aronofsky / Handel / Henrichon
  • Editions Le Lombard
  • ISBN : 978-2803634248

  « Une île avec plein de fous, c’est intéressant n’est-ce pas ? » C’est sur cette invitation teinté de jubilation qu’Eloise nous parla du roman Shutter Island de Denis Lehane.

Dans ce véritable thriller paranoïaque remettant en cause les biens fondés de la réalité et de sa perception, l’élément liquide est un leitmotiv et les personnages du marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule  nagent en eaux troubles tout le long de l’histoire.
Le livre se lit très bien et la fin « vous laissera sur le cul ». Par ailleurs, Eloise conseille de commencer par lire le roman avant de regarder le film de Martin Scorsese qui n’en demeure pas moins une excellente adaptation.

  • Shuter Island de Dennis Lehane
  • Editons Rivages
  • ISBN : 978-2743620066

IMG_20140504_152344

Elle revint ensuite sur l’anime Wakfu. Univers que l’on peut qualifier de Med-Fan avec différentes classes qui ont la particularité de se lire à l’envers. Exemple : Xelor est une classe qui « contrôle » le temps car en verlan le nom fait Rolex. Ou encore les fées Eniripsa (c.à.d. Aspirine) ont des sorts permettant de soigner. Les 15 classes ont des pouvoirs bien spécifiques et tout est assez drôle. Bref, Un univers attachant et bourré d’humour où l’animation se révèle très belle. La mer à boire, c’est que ce projet est cross-média et qu’on y retrouve des BD, des romans, des jeux vidéos, de cartes, de plateau et une série TV…

 

  • Wakfu
  • Editions Ankama
  • ASIN: B009KOO0IK

  9782070342266Céline, notre nouveau marin d’eau douce, nous présenta La Horde du Contrevent d’Alain Damasio à travers un passage bien particulier.

Monument de la SF française qui a été récompensé en 2006 par le Grand prix de l’Imaginaire, ce récit chorale alterne entre les 23 personnages du roman dont la particularité des chapitres et de s’ouvrir sur un symbole représentant l’un des protagonistes.
Le rapport à l’eau peut paraitre surprenant mais il existe un passage dans lequel la horde se retrouve confrontée à un phénomène naturel appelé « la flaque ». Cet obstacle dangereux se termine par un siphon qui aspire tout.
Céline se cacha bien de nous dévoiler comment ils s’en sortent.

  • La horde du contrevent d’Alain Damasio
  • Editions Folio SF
  • ISBN : 978-2070458257

ac4bfps3uk2d-1362054374Elle en profita pour nous glisser son avis sur le dernier Assassin’s Creed IV : Black Flag  de l’éditeur Ubisoft.
Cette fois-ci, le joueur est plongé dans l’univers de la piraterie et des Caraïbes. Le jeu vidéo propose beaucoup de phases navales avec une gestion/améliorations des bateaux.
Céline conclut sur le fait qu’il est graphiquement époustouflant.

  • Assasin’s Creed IV : Black Flag
  • Ubisoft sur PS3
  • AISN : B00BQI7382
Publicités
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :