RSS

[JEU VIDEO] The Last of Us

20 Juin

Bonjour à toutes et à tous !

Aujourd’hui nous allons parler jeux vidéos avec une nouveauté réalisée par les studios Naughty Dog (connus pour la série des Uncharted) : The last of us sur PS3. Ce jeu a reçu un grand nombre de récompenses lors de l’E3 et on comprend facilement pourquoi lorsqu’on y joue.

50950
the-last-of-usL’histoire : L’humanité a été décimée par une pandémie du champignon cordyceps unilateralis. Ce champignon, hautement parasite, transforme tous ceux qu’il infecte en tueurs fous avant de les recouvrir totalement et de les tuer. Une horde de monstres a alors déferlé sur les villes, dévastant tout sur son passage. Vingt ans après la catastrophe, il ne reste presque plus rien, à part quelques enclaves sécurisée par l’armée qui n’hésite pas à abuser de sa force pour instaurer une sorte de loi martiale tyrannique.
Joel, un survivant ayant perdu sa fille lors de l’épidémie, survie tant bien que mal en faisant du trafic sur le marché noir jusqu’au jour où on lui demande d’escorter la jeune Ellie en dehors de la ville afin qu’elle rejoigne un groupe de résistants nommés les lucioles. Mais bien sûr, rien ne se passe comme prévu et le survivant bourru et l’adolescente vont devoir s’entraider pour survivre dans ce monde où les humains peuvent se révéler encore plus dangereux que les infectés.

Joel_craftingGameplay : Vous l’aurez sûrement compris The last of us est un jeu de survival horror où les personnages devront utiliser toutes leurs ressources pour échapper à une mort brutale. Mais contrairement à ses prédécesseurs, qui bien souvent optent pour une confrontation frontale, the Last of us se veut plus réaliste et adopte une approche plus subtile. Chaque munition et chaque arme compte et chaque coup reçu peut s’avérer mortel, aussi est-il bien souvent plus sage de faire preuve de discrétion, ce qui apporte une touche d’infiltration intéressante qu’on a peu l’habitude de voir dans ce genre de jeu.
Le jeu introduit également l’élément de « crafting », Joel devant ramasser tous les objets lui semblant utiles pour confectionner des armes ou des kits de soin. Il devra également trouver des tables de bricolage s’il veut améliorer ses armes.

L’IA* des ennemis a été elle aussi calculée pour apporter plus de réalisme, ainsi les humains vont patrouiller sur une zone sans vraiment suivre de schéma établi et iront jusqu’à vérifier chaque recoin si jamais un bruit, ou la vue d’un camarade tombé, les met en alerte. Ils peuvent même, lorsqu’ils repèrent Joel, le contourner pour essayer de le prendre à revers au lieu de courir bêtement vers lui. Toutefois il reste quelques bugs par endroit et j’ai ainsi pu voir un ennemi s’acharner à tirer sur un poteau derrière lequel Joel était caché.
L’IA des alliés a, quant à elle, un peu plus de défaut, car, si les alliés armés s’avèrent souvent être un bon soutien, les non-armés sont souvent dans vos pieds, courant juste devant un ennemi ou parlant à voix haute alors qu’ils se trouvent à deux pas d’un infecté. Heureusement, le jeu ne prend pas toujours  en compte ces désagréments et les ennemis ne les repèrent pas forcément, et ce malgré une présence plus que flagrante. On regrettera tout de même qu’il soit impossible de donner des instructions à ses alliés comme leur demander de ne pas utiliser d’armes à feu ou de rester à couvert.01
Le jeu a été également bien pensé au niveau de son rythme, alternant les phases de stress où les ennemis assaillent un lieu et les phases calmes où les personnages explorent un endroit ou s’entraident pour atteindre une destination. Ces phases ont aussi le grand avantage d’apporter un peu d’humanité dans cet univers post-apocalyptique, les personnages réagissant à ce qu’ils trouvent et parlant du monde d’avant ou de ce qui les touche, sans pour autant tomber dans la mièvrerie, je vous rassure. Ces phases, associées aux cinématiques, contribuent à créer, entre les deux protagonistes, un lien fort qui se construit au fur et à mesure du jeu.

the-last-of-us-3_09050002D001258321Les graphismes : et bien que dire à part qu’ils sont tout bonnement magnifiques. Les phases de jeu n’ont rien à envier aux cinématiques, les décors sont superbement travaillés, les personnages sont particulièrement bien modélisés ce qui permet de leur donner tout un panel d’émotions subtiles. Bref on se croirait presque dans un film.
Un petit mot d’ailleurs au passage sur le jeu d’acteur pour les comédiens ayant doublés Joel et Ellie. Si le doublage français des jeux vidéos est parfois bâclé et souvent médiocre, ce n’est pas le cas de The last of us et les comédiens arrivent à rendre avec justesse la tension dramatique qui habite leurs personnages.

L’ambiance : Travaillée avec énormément de subtilité elle se divise, comme je l’ai déjà dit, entre phases de stress et calme. Mais ce calme est souvent lourd de menaces invisibles que l’on s’attend à voir surgir à tout moment et qui arrive, malgré tout, à nous surprendre. La bande son, pourtant assez discrète, joue d’ailleurs un grand rôle dans tout ça entre les morceaux courts discordants ou musique pesante à peine audible, l’atmosphère de chaque lieu nous rappelle le danger qui rôde autour de nos personnages. Et les quelques moments de répit empreints d’humanité ne font que rajouter au stress que l’on ressent lorsque la menace est à son maximum.

TheLastOfUs-TVspot-1-480

Le multijoueur : Le jeu propose, à côté de l’histoire solo, deux modes multijoueurs. Le joueur doit d’abord choisir un « clan » entre les chasseurs et les lucioles, et devra permettre à celui-ci de survivre le plus longtemps possible. Pour cela deux solutions : soit partir dans un raid de ravitaillement en perdant le moins possible de membres de votre équipe (chaque équipe se composant de 20 personnes et chaque mort étant définitive). Soit aller affronter le clan adverse dans une bataille de 7 matchs avec l’impossibilité de revenir à la vie au cours d’un match.

the-last-of-us-gamescom

Conclusion : un très très bon jeu avec un univers bien travaillé, des graphismes superbes et des personnages très bien écrits auquel le joueur ne peut manquer de s’attacher. Si les adeptes du survival horror pourront regretter le manque de baston brutale et frontale et la grande importance de l’infiltration, ils se consoleront grâce à l’ambiance angoissante et un aspect « survie » bien mis en valeur par le crafting et l’univers en lui-même. Enfin le jeu a une bonne durée de vie, plus de 20 heures pour finir l’histoire solo.

the-last-of-us-artwork-50c5ac9033a85

The Last of us

Genre : survival horor

Réalisation : Naughty dog

Support : exclusivité PS3

Déconseillé aux moins de 18 ans

Eloïse pour Pégase Mécanique.

*Intelligence Artificielle qui gère les actions et réactions des personnages non joueurs.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juin 20, 2013 dans Jeux

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :